FLEURY les AUBRAIS

Ville de FleuryFleury Carre

Les origines

Aux environs de 1030.

Au départ, une petite chapelle créée par les moines de l’Abbaye de Fleury-sur-Loire (aujourd’hui Saint-Benoît-sur-Loire), dédiée à Saint-André et qui devint Saint-André-des-Bois, au cœur de la forêt d’Orléans.

Aux environs de 1030

À la paroisse qu’ils forment autour de cette chapelle, les moines donnent le nom de  » Fleury « , rappelant celui de leur résidence principale. Ils défrichent une partie des terres environnantes qu’ils plantent en vignes et produits potagers ; d’ou probablement le nom que prend très vite Fleury, par une charte de l’Hôtel-Dieu d’Orléans, au XIe siècle :  » Fleury aux Choux « . C’est le chemin de fer qui décidera de son changement de nom. En 1857 est construite la gare, à l’intersection de trois lignes : Paris-Orléans, Orléans-Tours et Orléans-Vierzon, au lieu-dit  » les Aubrais « . Elle en prendra le nom. Et en 1907, sur demande du conseil municipal, Fleury perd ses Choux et devient  » Fleury-les-Aubrais  » par décret présidentiel

Le développement

Essentiellement à vocation agricole et vinicole, Fleury est devenue nœud ferroviaire important à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Un tournant qui fit d’elle la ville cheminote qu’elle est encore partiellement aujourd’hui. C’est cette caractéristique qui lui assura son développement jusqu’à en faire aujourd’hui la seconde cité du département du Loiret (classement établi à partir du dernier recensement démographique). Avant la Première Guerre mondiale, Fleury comptait 26 % de cheminots parmi sa population active. Depuis, ce pourcentage est en constante diminution, l’évolution des modes de transport en est l’explication. C’est le long de ses voies de chemin de fer que dès 1949, s’érigea sa première zone industrielle qui devait être suivie de plusieurs autres. C’est aussi cette caractéristique qui lui valut de payer un très lourd tribut à la libération nationale au cours de la Seconde Guerre mondiale. Bombardée à cinq reprises entre le 20 mai et le 4 juillet 1944, sinistrée à 48 %, Fleury-les-Aubrais s’est vue décerner la croix de guerre avec étoile de vermeil, en 1948.

Géographie et démographie

Superficie : 1 012 hectares ALTITUDE : 125 m Situation : agglomération Orléans-Nord. Département du Loiret, un des six départements de la région Centre (chef-lieu : Orléans). Aux portes de la forêt domaniale d’Orléans, la plus vaste de France (35 000 hectares), Fleury se trouve à une heure du centre de Paris. En bordure du plateau de Beauce (au nord) et à 30 kilomètres de la Sologne (au sud). Climat : Tempéré. Aujourd’hui, 20 690 habitants selon les résultats de l’INSEE (1999). Environ 2 000 habitants au début du siècle. L’évolution croissante de la population est due à l’arrivée du chemin de fer qui fit de Fleury-les-Aubrais, jusqu’à ce jour, le carrefour d’un vaste réseau de communications.

Economie

L’activité agricole n’est plus qu’un souvenir. Seuls quelques vergers et entreprises maraîchères subsistent. L’activité industrielle, très présente avec la construction de la première zone industrielle le long des voies de chemin de fer, à la Libération, (constructions mécaniques : John Deere, Rivierre-Casalis) a régressé ces quinze dernières années au profit d’activités de services : transports, entrepôts, commerces… Actuellement, cinq zones d’activités avec quelques grandes entreprises : Thomson CSF, complexe-viande (abattoirs, transformation), SEITA, clinique de la Présentation… Services ou entreprises publics : SNCF, France Telecom (centre informatique et centre de facturation), centre hospitalier, et un tissu de PME, de commerces divers (deux moyennes surfaces).

Urbanisme et jumelage

La ville de Fleury-les-Aubrais est régulièrement lauréate aux grands prix de fleurissement. Son paysage est agréable, aéré. Ses zones d’habitations, pavillonnaires et collectives, sont harmonieusement réparties, ne donnant pas l’aspect de surpopulation d’un quartier par rapport à un autre. Fleury-les-Aubrais est jumelée avec la ville de Gracanica en Bosnie-Herzégovine. La signature qui est intervenue le 23 mars 1997, scelle une amitié qui date de plus de vingt ans à travers le sport notamment. Ce jumelage est un événement historique puisque c’est la première fois qu’une collectivité française établit des relations officielles avec ce pays meurtri par la guerre. Gracanica est située à 168 km de Sarajevo et compte 60 000 habitants.

boutique12

partenaires


 

 

FaceBook

Nos partenaires