CJF Seniors 1. 52 - 13 LAMOTTE

12 février 2017 - 15 h 00 min

C’est dimanche dernier 12 février que l’équipe fanion du CJF rugby mettait son calendrier à jour en rattrapant un match en retard annulé en janvier à cause du gel. C’est l’équipe de Lamotte-Beuvron qui est classée en milieu de tableau qui rendait visite à nos couleurs. Comme souvent à cette période de l’année, les conditions de jeu s’avèrent difficiles avec du froid et un terrain extrêmement gras ce qui ne facilite pas le beau jeu.

 

Dès le coup d’envoi, le XV local occupe le terrain adverse mais commet aussi beaucoup de fautes de main. On ne voit guère d’enchaînement, les mêlées succèdent aux touches ce dont profite l’équipe visiteuse qui récupère des ballons « gratuits » sans réellement avoir combattu. Une première pénalité est inscrite à la 8 minute par Louis Gilbert mais Lamotte ne s’en laisse pas compter et à son tour bénéficie de plusieurs pénaltouches dans les 22 m adverses. Les Rouge et Vert peinent à se dégager et le flanker Bertrand Tourne reçoit même un carton blanc pour fautes répétées. En infériorité numérique, Fleury finit par concéder un essai marqué en force par les visiteurs qui mènent contre toute attente 5 à 3 à la 15e minute de jeu.

Vexés, les coéquipiers de l’inusable capitaine Eric Cazelles retourne jouer dans le camp adverse. Une nouvelle pénalité aux 40 m est complètement ratée mais l’on sent que petit à petit les choses se mettent en ordre de marche pour les locaux. À la 25e minute, on voit enfin une combinaison réussie de la part de Fleury. Jean Max VALLS, venu de l’aile opposée intervient comme un boulet au ras de son ouvreur pour inscrire un essai entre les poteaux.10 à 5 pour Fleury qui aggrave la marque peu après grâce à une nouvelle pénalité. On sent de plus en plus l’équipe du Loir-et-Cher sous pression. À 35ème minute d’ailleurs, c’est à leur tour de subir les foudres de l’arbitre et de recevoir un carton blanc. Fleury en profite et après une touche suivie d’un maul qui déroule sur plusieurs dizaines de mètres, le talonneur Gaël Ramaugé s’effondre dans leur l’embut. La transformation est ratée mais les leaders du championnat mènent 18 à 5 . Le break est fait. Fleury poursuit sa domination et l’on sent bien que progressivement l’équipe de Lamotte pied pris et multiplie les fautes. Juste avant la pause, les hommes de Maussang, Gineste et Laurent Amiot inscrivent un nouvel essai magnifique par les 3/4 .Après une double redoublée , une balle envoyée à l’aile et Chapillon ,placé à l’arrière pour ce match, joue parfaitement de 2 contre 1 face aux dernier défenseur pour servir Ricco Cazelles qui marque en coin. La mi-temps est sifflée sur le score de 23 à 5 .

 

Dès la reprise, Lamotte essaie de se révolter courageusement et fait parler ses avants. Fleury est coupable d’un petit relâchement et se retrouve dans ses 22 m après avoir concédé de nouvelles pénalités. Sur l’une d’elle, après plusieurs charges de leur pack, les visiteurs inscrivent un nouvel essai et reviennent donc à la marque : 23 à 10. Manifestement l’équipe de Fleury et moins concentrée et « concernée » dans cette entame de deuxième mi-temps. « Gros costaud' » (Guillaume BILLET) est même exclu 10 minutes par l’arbitre sur un nouveau carton blanc alors qu’il venait à peine être rentré en jeu ce qui provoque bien des commentaires amusés de la part des spectateurs quelque peu frigorifiés.

Mais paradoxalement, cela a pour effet de réveiller les joueurs du Loiret qui reprennent alors les choses en main. On sent qu’ils cherchent à multiplier les enchaînements, à déplacer l’adversaire et à donner de la vitesse à leur jeu par des sorties de balle rapides et des passes données dans le bon tempo. On sent bien que les qualités individuelles des joueurs locaux, leur technicité et leur maîtrise sont bien supérieures à leurs adversaires. À la 55e minute, sur une pénalité jouée rapidement la main sur le petit côté, les avants enchaînent les passes au contact dans un petit périmètre et le numéro 8 Gautier Astier vient inscrire un nouvel essai. 28 à 13 pour Fleury. Il n’y a dès lors, plus qu’une seule équipe sur le terrain. Les visiteurs sont asphyxiés par les enchaînements et le mouvement général imprimés par les leaders du championnat. Le match devient tout à fait plaisant et les attaques de 3/4 se multiplient avec de magnifique passes et décalages. À la 65e minute, la balle vole de main en main derrière pour arriver en bout de ligne à Eric Cazelles, encore lui, qui tape à suivre dans leur but et c’est Steven Hereil qui arrive le premier et aplatit .La transformation est réussie et Fleury mène 35 à 13. Sur le coup d’envoi, les locaux « remettent le couvert » et continuent leur festival. On sent beaucoup de plaisir et de confiance chez les joueurs de Fleury tandis que leurs adversaires sont dépassés et asphyxiés. Un nouvel essai est raté de peu après un magnifique coup de pied à suivre mais Ramaugé est trop court et le cuir va en ballon mort. Mais ce n’est que partie remise et un nouvel essai est marqué par Chapillon bien décalé sur son aile. 40 à 13. À la 70e minute, nos protégés marquent un magnifique essai après une belle combinaison après une mêlée. Comme en première mi-temps, la balle est envoyée derrière et l’ailier venu de la ligne de touche vient prendre la balle après le 10. Profitant des leurres de ses centres, une porte s’ouvre dans la défense adverse et le numéro 11 de Fleury aplatit entre les poteaux.47 à 13. Le calvaire de Lamotte-Beuvron n’est pas terminé. Sur un dégagement raté, le ballon est récupéré par l’arrière local « Momo » MEHDI qui relance, bien aidé par ses coéquipiers venus se replacer. Il y a toujours quelqu’un en soutien pour donner une solution et plusieurs joueurs touchent le ballon sur la même action. Après une dernière redoublée, c’est Steven Hereil placé au centre pour cette rencontre qui va en terre promise. La partie s’achève sur le score fleuve de 52 à 13 et les « anciens » ne sont pas peu fiers de la brillante prestation de la nouvelle génération. Ils n’ont en effet pas souvenir que l’équipe de Lamotte ait pris une telle raclée à Fleury.

 

Au final, après un départ peut-être un peu poussif, l’équipe fanion du CJF a livré une partie de très belle facture. On sent vraiment du potentiel dans cette équipe, qui prend progressivement pleinement confiance en elle et devient capable de produire un rugby de grande qualité. Mais il convient cependant de rester prudent car si la première place semble définitivement acquise, il faut se souvenir des déceptions des années passées et que les belles prestations durant l’hiver ne garantissent pas un succès au printemps lors des phases finales à élimination directe. Les joueurs et le staff en ont pleinement conscience et savent qu’il faut rester humble, lucide et continuer de travailler collectivement.

 

JM R