CJF1 – GIEN 16/10/2016

C’est sous un beau soleil et supporté par un nombreux public d’anciens joueurs, dirigeants et partenaires que l’équipe fanion de Fleury-les-Aubrais recevait son homologue de Gien qui l’avait battue au printemps dernier dans le match pour la troisième place. Après deux prestations convaincantes, les hommes de Stéphane MAUSSANG et Arnaud GINESTE voulaient confirmer à domicile les espoirs entrevus.

Pourtant, la partie ne débute pas comme l’espéraient les hommes de Eric CAZELLE. Les débats sont équilibrés et Gien met beaucoup de pression sur son adversaire. Les locaux sont bien contrés et ont du mal à se dégager alors qu’ils bénéficient d’un vent favorable en cette première mi-temps. Seuls, quelques coups de pieds dans la boîte par-dessus sa mêlée du numéro 9  » lapin » permettent à Fleury d’occuper dans le camp adverse. Fleury a du mal à enchaîner les temps de jeu en particulier parce que les sorties de balle sont ralenties par leurs adversaires, plus rapides et présents dans les regroupements. Les conquêtes en touchant approximatifs des deux côtés et les ballons pas assez propres font que les défenses prennent le pas sur les attaques. La possession de balle est tout de même légèrement favorable aux visiteurs en ce début de match même s’ils ne se montrent pas vraiment dangereux.

Après une pénale touche et une faute dans un maul, Fleury ouvre le score sur pénalité des 25 m sur la droite. Mais les hommes de Didier DUPINAY, accrocheurs comme à leur habitude continuent de gêner l’équipe fanion locale qui a toujours fort à faire dans les regroupements et ne peut lancer avec efficacité sa ligne de 3/4. Gien a d’ailleurs deux pénalités à sa portée qui lui aurait permis de prendre le score mais le buteur adverse échoue. L’arbitre est obligé de siffler de manière beaucoup plus importante à cause des hors-jeu de part et d’autre, laissant peu le jeu se dérouler. L’équipe de Gien sera d’ailleurs pénalisée d’un carton jaune à la 30e minute de jeu. Fleury est efficace et pragmatique en profite aussitôt. Les joueurs de la banlieue nord d’Orléans inscrivent le premier essai sur un exploit personnel de son numéro 13 Daniel MARCELLE qui casse plusieurs plaquages avant de plonger en terre promise.10 – 0. Gien est de plus en plus sanctionné. Les Rouge et noirs se retrouvent à 13 puis à 12 à la 35e minute ce dont profite à nouveau Fleury. Après une succession d’attaques balayant le terrain de droite à gauche, l’arrière Steven HEREIL toujours plein de vivacité se joue de son adversaire en bout de ligne par plusieurs crochets et va aplatir en coin. La transformation est réussie et Fleury mène à la pause 17 à 0. Le break est fait mais l’on doit admettre que cet écart ne reflète pas la réalité du terrain et d’une partie somme toute relativement équilibrée.

À la reprise, l’équipe visiteuse joue toujours à 13. Fleury essaye par un jeu de mouvement d’épuiser son adversaire et de trouver des intervalles mais Gien résiste toujours avec beaucoup de courage .Au contraire, ce sont les visiteurs qui à la 45e minute ouvrent leurs compteurs par un beau drop de leur ouvreur: 17 à 3. Cette seconde mi-temps est plus décevante. Le rythme a baissé. Il y a de nombreux temps mort et le jeu est haché également par les très nombreux coups de sifflet de Monsieur l’arbitre. Les nombreux changements effectués de part et d’autre n’arrangent rien bien au contraire. Chez les locaux, les rentrées des remplaçants n’apportent pas le coup de fouet et la fraîcheur attendus. On a l’impression que les deux équipes perdent un peu de leur organisation et de leur cohésion. Fleury est encore trop souvent dans son camp, hésite à se dégager, préférant tenter des relances ou jouer en multipliant les temps de jeu pour déstabiliser son adversaire, oubliant parfois de jouer au pied et d’occuper le terrain. Les coéquipiers de l’ouvreur Peyo n’arrivent plus rentrer dans les 22 m adverses car Gien continue de s’accrocher. Les plaquages sont toujours aussi rudes et la bataille dans les regroupements féroce, les avants de Gien continuant à ralentir les ballons et souvent à avancer à l’impact. À la 60e minute, un fait de jeu va chambouler la fin de match. Le talonneur local DESMURS écope d’un carton rouge pour avoir effectué un plaquage cathédrale sur son adversaire alors que ce dernier a clairement plongé sur son dos et beaucoup simulé. Cela va booster les visiteurs qui prennent le dessus physiquement. À la 70e minute de jeu, après un nouveau pressing gagnant, les trois quarts adverses récupèrent le ballon et jouent parfaitement un 2 contre 1 sur le côté droit pour envoyer leur n° 14 à

l’essai. La transformation est réussie et le score n’est plus que de 17 à 10 en faveur de l’équipe fanion du CJF. Sur l’engagement, celle-ci se fait une très grosse frayeur lorsque le numéro 8 giennois récupère la balle transperce la défense de FLEURY amorphe et qui rate plusieurs placages pour s’échapper sur une soixantaine de mètres et venir mourir presque miraculeusement dans les 22 m adverses. Gien joue son va tout et accule les locaux en plein doute dans leurs 5 m. Ils sont sauvés par une ou deux décisions arbitrales favorables qui leur permettent de récupérer le ballon et de se dégager tant bien que mal. La fin de la rencontre, sifflée sur le score de 17 à 10, est donc vécue comme un soulagement par tous, joueurs et supporters.

L’équipe première du CJF reste toujours invaincue après 3 journées mais elle n’a pas produit un grand match pour sa première à domicile. Elle a été parfaitement contrée par son adversaire et n’a pas su élever son niveau de jeu et jouer suffisamment vite pour le déstabiliser. Elle s’est faite également peur en fin de match n’ayant pas inscrit le moindre point en 2ème mi-temps. Les joueurs d’ailleurs avaient conscience d’avoir fourni une production très moyenne et qu’il faudra sans doute montrer une tout autre image pour rester invaincu la semaine prochaine à Lamotte-Beuvron, adversaire lui aussi toujours très accrocheur à domicile.

JMR


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *